La voie d’un médium va pour des contacts d’un autre monde

La médiation peut se faire par mots, mais aussi par images ou gestes.
Les mots peuvent généralement être transmis tels qu’ils les perçoivent. Parfois, cependant, les entités parlent d’autres accents, d’autres dialectes, voire même d’autres langues, qui imitent ensuite le support. Lorsque les images sont transmises, le support tente de les décrire à l’auditeur le plus précisément possible. Dans les gestes typiques d’une personne décédée, le médium imitera celle-ci afin de transmettre plus de familiarité et de reconnaissance.
Ainsi, un médium possède des dons médians innés ou pouvant être formés par la pratique et l’apprentissage au fil des ans. En particulier dans les premières années où un médium apprend à accepter et à utiliser son don, il faut beaucoup de tolérance pour soi-même: se percevoir comme “différent”, recevoir des messages d’âmes, être reconnaissant du don plutôt que de l’abandonner. Tout cela n’est pas aussi facile qu’on pourrait le penser. De nombreux médias disent qu’ils ne s’entendaient pas bien avec leur don au début et le rejetaient souvent.

D’autre part, il y a des gens qui n’ont aucun don médial, mais qui prétendent le faire et utilisent donc des personnes en deuil de bonne foi dans la recherche de contacts d’un autre monde.

Cependant, ceux qui observent de près “leur” médium vont bientôt savoir s’il s’agit d’un don authentique ou fictif, car seul un véritable médium peut savoir certaines choses sur le défunt ou ceux qui décrivent leur apparence et qui imitent leurs gestes.

Dans un au-delà, le contact est généralement une réunion, également appelée séance, au cours de laquelle la personne à la recherche d’un contact rencontre le médium dans une atmosphère amicale, dans un sens attrayant, dans un endroit où il fait bon vivre.

Au début, on lit souvent un texte cohérent, une carte est dessinée et interprétée, ou une brève conversation personnelle est tenue. Souvent, le médium ne veut pas savoir avec qui il va parler, car l’âme décédée se montre souvent au bout de quelques secondes ou quelques minutes. C’est généralement non seulement dans le champ mental, mais aussi localement chez le chercheur.

Une âme décédée ne veut pas que l’arriéré stagne sur son chemin de vie à cause d’eux. Après une certaine période de deuil, ils devraient pouvoir continuer sur le chemin de la vie. Si, par simple chagrin, ils sont toujours bloqués après un long moment, un contact avec l’au-delà peut aider. Les âmes de l’au-delà sont presque toujours prêtes à rendre cela possible.

Une exception est la situation dans laquelle le chercheur a pour tâche de trouver des réponses à certaines questions sans contact avec les âmes décédées, et donc de suivre la même voie sans aucun contact avec un autre monde.
Bien entendu, une telle réunion doit être récompensée. Son prix est généralement convenu à l’avance. Certaines personnes douées sur le plan médial travaillent même pour les dons volontaires des demandeurs de contact.

Il existe également des contacts avec les médias sans rencontre personnelle avec eux, par exemple par téléphone, webcam ou autre moyen. Cependant, il est également plus difficile d’établir un contact émotionnel. En outre, il est plus facile pour les soi-disant charlatans d’auditionner quelque chose qu’ils ne maîtrisent pas vraiment.
Mais pour un réconfort et des conseils sincères, il est plus logique de tomber personnellement entre les mains d’un média sérieux.

Les médias ont une grande part de responsabilité envers leurs clients, car il n’est souvent pas bon pour eux d’obtenir tout ce que les êtres d’un autre monde leur montrent ou leur communiquent. Avant tout, un contact avec l’au-delà devrait mener à une vie meilleure.

Médialité : Qui l’a et qui ne l’a pas ?